Évêques prédécesseurs

MONSEIGNEUR GILLES CAZABON, O.M.I. - Évêque émérite
Quatrième évêque
1998-2008

Mgr Gilles Cazabon est né le 5 avril 1933, à Verner (Ontario). Franco-ontarien par sa naissance, mais québécois par ses racines du côté paternel et maternel, Mgr Gilles Cazabon est le fils de Flore Legendre et Andy Cazabon, 14e enfant d'une famille de quinze.

Après ses études secondaires et collégiales à Ottawa, Mgr Cazabon entre chez les Oblats de Marie-Immaculée où il fit profession religieuse le 15 août 1954. Il est ordonné prêtre le 11 juin 1960, à Verner, par Mgr Alexander Carter, évêque à ce moment-là du diocèse de Sault-Sainte-Marie.

Mgr Cazabon détient une licence en philosophie et en théologie de l'Université d'Ottawa. Il est aussi titulaire d'un doctorat en philosophie de l'Université de Louvain, en Belgique.

De 1967 à 1973, il est professeur et doyen de la Faculté de philosophie de l'Université d'Ottawa, membre du sénat de cette université et de l'Université Saint-Paul et président de l'Association canadienne de philosophie. Durant la même période, il est engagé également dans la formation des membres de sa famille religieuse.

De 1973 à 1979, il est supérieur de la Province Saint-Joseph de Montréal des Oblats de Marie-Immaculée. En 1980, il devient commissaire du Chapitre général des Oblats. À ce titre, il est en charge de la préparation de l'assemblée capitulaire. Au sein des organismes religieux du Canada, Mgr Cazabon a été, notamment, président du Conseil d'administration de la Conférence religieuse canadienne, région du Québec, président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec. Il a pris sa retraite en 2008 à l’âge de 75 ans, comme le veut le droit canon, et continue de faire du ministère dans la région d’Ottawa.

Sa devise : «Notre espérance est dans le Dieu vivant»

                                                                       (1Tim. 4,10)

 

 

MONSEIGNEUR CHARLES VALOIS

Troisième évêque
1997-2007







 

Troisième évêque du diocèse de Saint-Jérôme, Mgr Charles Valois appartenait à ce dernier depuis sa fondation en 1951. Auparavant, il appartenait à l'archidiocèse de Montréal pour lequel il avait été ordonné prêtre le 3 juin 1950, par Mgr Paul-Émile Léger.

Mgr Charles Valois est né à Montréal le 24 avril 1924. Après ses études classiques au Séminaire de Sainte-Thérèse, il entre au Grand Séminaire de Montréal pour y poursuivre ses études théologiques. En 1950, il obtient une licence en théologie et, plus tard, en 1959, il obtient une maîtrise en Histoire du Canada de l'Université de Montréal. En 1963, il obtient sa maîtrise en Littérature française de la même université.

Après son ordination presbytérale, Mgr Charles Valois fait partie du personnel du Séminaire de Sainte-Thérèse comme professeur. Il part étudier entre les années 1955-1957 puis revient au Séminaire jusqu'en 1962. Cette année-là, il devient aumônier de la Jeunesse Étudiante Catholique (JEC), fonction qu'il occupe jusqu'en 1964, puis il est nommé vice-recteur et recteur, en 1968, du Séminaire qui devient le CÉGEP Lionel-Groulx dans la foulée des réformes du système d'éducation du Québec. De 1968 à 1973, il est directeur général du CEGEP. En 1973, il abandonne son poste pour prendre la cure de la paroisse de Sainte-Adèle. Deux ans plus tard, il est appelé au vicariat général du diocèse de Saint-Jérôme. Il est en même temps animateur de la pastorale des zones et paroisses.

Lors du départ de Mgr Bernard Hubert en 1977, Mgr Charles Valois est élu vicaire capitulaire du diocèse de Saint-Jérôme. Le 10 juin de la même année, le Pape Paul VI le nomme évêque de Saint-Jérôme. L'ordination épiscopale lui est conférée par Mgr Angelo Palmas, Pro-Nonce apostolique du Canada, en la cathédrale de Saint-Jérôme, le 29 juin 1977.

Comme ses prédécesseurs, Mgr Charles Valois s'est toujours montré très attentif aux questions sociales, aux personnes défavorisées et au milieu ouvrier. Ses années d'épiscopat sont fertiles, marquées par des prises de position et des réalisations audacieuses dans plusieurs dossiers chauds: les expropriés de Mirabel, la crise autochtone de 1990... C'est aussi sous son épiscopat que se produit l'engagement en force des laïcs dans les responsabilités pastorales: responsabilité de paroisses, pastorale scolaire, pastorale paroissiale, etc. Après un temps de recherche et d'évaluation, Mgr Charles Valois instaure en 1978 le diaconat permanent dans le diocèse. Il invite alors les diacres à donner la priorité au service de la charité sous ses diverses formes.

Après avoir présidé aux destinées du diocèse de Saint-Jérôme pendant 20 ans, Mgr Valois donne sa démission pour des raisons de santé au Pape Jean-Paul II qui la rend publique le 22 janvier 1997. En 1997, alors Évêque émérite du diocèse de Saint-Jérôme, il continue tout de même comme prêtre de communauté à la paroisse Sainte-Anastasie de Lachute. Il collabore aussi étroitement avec l'équipe pastorale de la paroisse Saint-François-d'Assise (St-Joseph-du-Lac, Oka, Saint-Benoît et Saint-Placide). Bien qu’à la retraite, Mgr Valois continue quelques années encore, dans la mesure de ses capacités, à offrir son aide à la pastorale du diocèse de Saint-Jérôme.

En octobre 2009, il lance son autobiographie intitulée Le courage de changer aux Éditions Novalis.

Toujours attentif à ce qui se passe dans son diocèse d’appartenance, Mgr Valois est présent à presque toutes les célébrations majeures jusqu’à ce qu’il décède, le 4 août 2013.

«C'est dans le sillon qu'ont ouvert les deux premiers évêques du diocèse
que nous allons ensemble poursuivre l'action pastorale qui nous incombe...
Cette action, je la voudrais particulièrement attentive à la réalité que vivent les hommes...
Nous allons porter une attention spéciale à la relève sacerdotale
et à l'engagement des religieux et des laïcs...»

Mgr Charles Valois, le 29/06/77


Sa devise : «Assidus à la prière et au service de la Parole»

(Ac 6,4) 

MONSEIGNEUR BERNARD HUBERT
Deuxième évêque
1971-1977



 

Bernard Hubert naît à Beloeil, dans le diocèse de Saint-Hyacinthe, le 1er juin 1929. Après des études classiques au Séminaire de Valleyfield, il est ordonné prêtre le 30 mai 1953 et œuvre au Séminaire de Valleyfield jusqu'en 1967 comme professeur de chimie, puis comme directeur des élèves. De 1967 à 1969, Bernard Hubert occupe à Montréal le poste de directeur des services aux étudiants du Centre d'animation, de développement et de recherche, à l'échelle de la province. Élu évêque du diocèse de Saint-Jérôme le 25 juin 1971, il succède à Mgr Émilien Frenette.

Le 27 janvier 1977, c'était l'annonce-surprise du transfert de Mgr Bernard Hubert au diocèse de Saint-Jean de Québec. Il est d'abord nommé coadjuteur avant de succéder à Mgr Gérard Coderre, le 3 mai 1978.  Le 27 août 1993, le diocèse prend le nom de Saint-Jean-Longueuil. En 1994, il recevra l'Ordre national du Québec. Pendant vingt ans, Mgr Bernard Hubert restera au diocèse de Saint-Jean-Longueuil

Mgr Bernard Hubert meurt d'une crise cardiaque le 2 février 1996. 

Avant de quitter le diocèse de Saint-Jérôme, Mgr Bernard Hubert a dit toute la confiance qu'il mettait en l'avenir de cette Église et il basait sa conviction sur les grandes réalisations sociales et spirituelles dont il gardait le souvenir.

Sa devise : «La Bonne nouvelle du Salut objet d'espérance»

MONSEIGNEUR ÉMILIEN FRENETTE
Premier évêque
1951-1970

Émilien Frenette naît à Montréal le 6 mai 1905. Il fait des études classiques au Collège de Saint-Jean et entre au Grand Séminaire de Montréal en septembre 1927 où il obtient une licence en théologie et un baccalauréat en droit canonique. Le 30 mai 1931, il est ordonné prêtre. En septembre 1931, il devient professeur au Collège de Saint-Jean, institution à laquelle il est associé jusqu'à sa nomination comme premier évêque du diocèse de Saint-Jérôme, le 18 juillet 1951. Le 12 septembre 1951, il reçoit son ordination épiscopale. Il passera vingt ans à la tête du diocèse de Saint-Jérôme avant de donner sa démission, en 1971. À la retraite, il vivra à l'Hôtel-Dieu de Montréal, à l'évêché de Saint-Jérôme et au centre Berthiaume-Du-Tremblay. Mgr Émilien Frenette décédera le 3 mars 1983 à l'hôpital Fleury à Montréal.

Premier évêque du diocèse de Saint-Jérôme, Mgr Frenette est élu le 18 juillet 1951. Il demeurera en poste jusqu'en 1971.

L'ordination épiscopale lui est conférée par son Excellence Mgr Hildebrando Antoniutti, Délégué Apostolique au Canada, le 12 septembre 1951.

Avec la nomination de Mgr Frenette, c'est une grande figure qui apparaît dans l'épiscopat québécois.

Sa devise : «Caritas cum fide» («La charité dans la foi»)