Consécration du diocèse à Marie

Dans le cadre de la réflexion diocésaine sur la mission, une soirée diocésaine de prière s'est tenue le mardi 12 décembre dernier. Mgr Morissette a procédé à la consécration du diocèse à la Vierge Marie suite à la demande de la CECC de consacrer tous les diocèses du Canada à celle qui a accepté, dans la foi, de porter le fils de Dieu.

Une prière spéciale a été remise à chaque communauté chrétienne en plusieurs exemplaires. Vous pouvez obtenir celle-ci à votre paroisse.

Prière de consécration du diocèse de Saint-Jérôme au Cœur Immaculé de la Bienheureuse Vierge Marie

Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu et Mère de l’Église, 
pleins de confiance, nous venons à toi aujourd’hui pour rendre grâce au Seigneur.

Rassemblés dans la communion du Père, du Fils et du Saint-Esprit,
nous confions le passé, le présent et l’avenir de notre diocèse à tes soins maternels.

Mère de notre Dieu, nous nous trouvons à la croisée des chemins de l’histoire de notre diocèse ;
nous sommes reconnaissants pour les progrès déjà faits
et les nouvelles avancées dans lesquelles adviendront des changements majeurs. 

Toutefois, nous savons que le cœur humain est fragile et peut avoir peur 
des changements qui peuvent freiner l’audace de l’élan missionnaire en nous. 

Aide-nous à faire face à ces changements, à vivre ces grands bouleversements ensemble, 
et à dialoguer dans le respect. 

Mère aimante de Notre Seigneur, aide-nous à mieux témoigner
et à défendre les valeurs évangéliques dans notre diocèse
avec le souci des pauvres et l’amour du prochain.

Aide-nous à trouver de nouveaux moyens, de nouveaux gestes
qui permettent la construction du Royaume de justice, d’amour et de paix
que ton Fils nous invite à bâtir.
Inspire-nous les mots, les attitudes nécessaires pour faire connaître au monde
Jésus le Christ, Notre Seigneur, lui qui vit et règne avec le Père dans l’unité du Saint-Esprit,
maintenant et pour les siècles des siècles.

Amen

Pape Jean-Paul II

-« La dimension mariale de la vie d’un disciple du Christ s’exprime précisément, d’une manière spéciale, par cette offrande filiale à la Mère de Dieu, qui a commencé par le testament du Rédempteur sur le Golgotha. En se livrant filialement à Marie, le chrétien, comme l’Apôtre Jean, “reçoit parmi ses biens personnels” la Mère du Christ et l’introduit dans tout l’espace de sa vie intérieure, c’est-à-dire dans son “moi” humain et chrétien: “Il l’accueillit chez lui”.

Non seulement ce rapport filial, cet abandon de soi d’un fils à sa mère trouve son commencement dans le Christ, mais on peut dire qu’en définitive il est orienté vers lui. On peut dire que Marie redit continuellement à tous les hommes ce qu’elle disait à Cana de Galilée: “Tout ce qu’il vous dira, faites-le”.  

Pape Benoît XVI

-‘Que ses décrets sont insondables et ses voies incompréhensibles?!’ disait Paul aux romains. Mais justement celui qui — comme Marie — est ouvert de façon totale à Dieu, parvient à accepter le vouloir divin, même s’il est mystérieux, même si souvent il ne correspond pas à notre propre volonté et qu’il est une épée qui transperce l’âme, comme le dira prophétiquement le vieux Syméon à Marie, au moment où Jésus est présenté au Temple.

 Il en est de même aussi pour le chemin de foi de chacun de nous: nous rencontrons des moments de lumière, mais nous rencontrons aussi des passages où Dieu semble absent, son silence pèse dans notre cœur et sa volonté ne correspond pas à la nôtre, à ce que nous voudrions. Mais plus nous nous ouvrons à Dieu, plus nous accueillons le don de la foi, plus nous plaçons totalement en Lui notre confiance — comme Abraham et comme Marie — alors plus Il nous rend capables, par sa présence, de vivre toute situation de la vie dans la paix et dans la certitude de sa fidélité et de son amour. Mais cela signifie sortir de soi et de nos projets, afin que la Parole de Dieu soit la lampe qui guide nos pensées et nos actions”.

Pape François

-“C’est l’expérience de la Vierge Marie : devant l’annonce de l’Ange, elle ne cache pas son étonnement. C’est la stupeur de voir que, pour se faire homme, Dieu l’a vraiment choisie, elle, une simple jeune fille de Nazareth, qui ne vit pas dans les palais du pouvoir et de la richesse, qui n’a pas accompli des exploits, mais qui est ouverte à Dieu, sait se fier à Lui, même si elle ne comprend pas tout : ‘Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole’ nous rapporte saint Luc. C’est sa réponse. Dieu nous surprend toujours, il rompt nos schémas, bouleverse nos projets, et nous dit : fais-moi confiance, n’aie pas peur, laisse-toi surprendre, sors de toi-même et suis-moi?!

Aujourd’hui demandons-nous tous si nous avons peur de ce que Dieu pourrait me demander ou de ce qu’il me demande. Est-ce que je me laisse surprendre par Dieu, comme a fait Marie, ou est-ce que je m’enferme dans mes sécurités, sécurités matérielles, sécurités intellectuelles, sécurités idéologiques, sécurités de mes projets?? Est-ce que je laisse vraiment Dieu entrer dans ma vie?? Comment est-ce que je lui réponds??”